Archives du mot-clé passé

L’imparfait de l’indicatif

V cadrans temps imparfait 17

Après l’étude du présent qui nous occupe jusqu’en janvier, mes élèves abordent l’imparfait. A l’issue des séances de conjugaison, je souhaite qu’ils soient capables de :

  • choisir le PPS qui correspond à un verbe conjugué à l’imparfait
  • Trouver le radical du verbe et le conjuguer correctement à l’imparfait.
  • réécrire une phrase en changeant le PPS utilisé et en modifiant la terminaison du verbe.
  • réécrire à l’imparfait un court texte écrit au présent ou au futur.

Remblai et totem2

Comme pour le présent, j’ai fondé mon approche sur l’apprentissage de ritournelles simples qui servent d’ancrages mémoriels. L’idée est de s’approprier un savoir formel et arbitraire (les terminaisons) en le transposant sous la forme d’une brève histoire contextualisée.

Pour les personnes du singulier, « Je pose le totem sur le remblai » est la phrase mémoire utilisée. La sonorité finale du mot « remblai » renvoie à la terminaison de temps en « -ai » ; le « totem » (qui a déjà été utilisé pour le présent)  indique qu’il faut recourir aux terminaisons « -s, -s, -t » pour marquer la personne.

Taillis couleurAu pluriel, je recours aux phrases-mémoire : »Avec nous, il y a des ronces dans le taillis« , « Avec vous, Zorro se cache dans le taillis« . La sonorité finale du mot « taillis » renvoie à la terminaison de temps en « -i » utilisée pour les 1ère et 2ème personnes du pluriel. Les « ronces » et l’évocation de « Zorro » renvoient aux astuces de personnes récurrentes déjà utilisées pour le présent.

La plupart du temps, les CE ne connaissent pas les mots « remblai » et « taillis ». C’est donc l’occasion d’un travail de vocabulaire avec recherche dans le dictionnaire… Et puis, comme toujours en conjugaison, je recours à des séances courtes, rituelles, quotidienne et ludiques (<15 mn). Je mets en place des activités sur ardoise menées en groupe classe ou en petits groupes de 4 à 6 élèves. Cela favorise la mémorisation des phrases et leur usage pour construire la terminaison correcte.

Voici la leçon que j’utilise avec mes CE-CM :

00 - leçon imparfait

Et voici les affiches qui reprennent les points saillants de ce temps du passé :

01 - débute la phrase par autrefois

02 - imparfait personnes du singulier

Lire la suite

Publicités

Les terminaisons de personne récurrentes

Après avoir découvert les différents pronoms personnels, j’ai pour habitude de m’atteler à la conjugaison proprement dite. Je débute toujours avec l’étude des terminaisons de personne récurrentes. Il s’agit des marques de personne que l’on retrouve aussi bien au passé, au présent ou au futur.

A l’issue de mes séances, je souhaite que mes élèves soient capables :

  • de réciter les phrases mnémotechniques associées aux pronoms  « tu, nous, vous, ils / elles ».
  • d’ajouter au verbe (dont le radical est déjà écrit) la terminaison correspondante a un de ces PP.
  • de commencer à conjuguer « à l’oreille » aux temps de l’imparfait, du présent et du futur, en utilisant les terminaisons qui correspondent à ces personnes.

Avant d’aller plus loin, je préfère prévenir : mon approche est peu conventionnelle. Mais cela fonctionne dans ma classe. Je vous laisse découvrir si cela peut vous convenir. Pour que vous cerniez mieux mon intention, je me permets une petite digression.

Tout le monde connaît par cœur la phrase « Mais où est donc Ornicar ? ». Cette question évoque la réplique d’un personnage fictif à la recherche d’une personne au prénom plus qu’improbable.  Elle est bizarre, fantaisiste, venue de nulle part. Mais voilà : elle permet sans mal de se remémorer la liste des différentes conjonctions de coordination. Et bien, j’ai essayé de procéder de la même façon avec les terminaisons de personne.

J’ai associé à chaque pronom personnel une ritournelle simple, accompagnée d’un dessin qui l’illustre fidèlement. Ainsi les élèves visuels comme les enfants auditifs peuvent se la rappeler automatiquement. Les différentes assertions n’ont pas de lien entre elles. Ces dernières sont surtout un prétexte. L’objectif est de s’approprier un savoir formel et arbitraire en le transposant sous la forme d’une brève histoire contextualisée.

Chaque jour, pendant trois semaines, je mets en oeuvre un rituel rapide qui offre aux enfants l’occasion de mobiliser leurs connaissances. Je propose des minis dictées, des petits exercices collectifs : QCM avec plusieurs terminaisons, jeu de la terminaison pirate dans une série correcte, choix du PP qui correspond à un verbe déjà conjugué… En plus du présent, je veille à proposer aux élèves des activités de conjugaison à l’imparfait ou au futur. L’idée est de montrer aux enfants qu’en faisant confiance à leur oreille et en appliquant les règles de personne, ils parviennent à conjuguer correctement beaucoup de verbes.

Je cesse ces activités lorsque le recours aux phrases mnémotechniques est devenu naturel et immédiat. Nous enchaînons ensuite avec le programme traditionnel et l’étude des différents temps. Depuis quelques années, j’ai constaté que cette première approche donne confiance à mes élèves dans « l’art de conjuguer ». Elle constitue un moment repère auxquels ils se réfèrent souvent. Cela leur offre un premier ancrage sur lequel ils s’appuient lorsqu’ils  abordent dans le détail un temps de conjugaison en particulier.

Voici la leçon que je fournis à mes CE2-CM1 :

00 - leçon

Et voici les affiches qui reprennent de façon détaillée les éléments pertinents pour cette notion :

les trois Q du verbe

terminaisons sont récurrentes

Lire la suite

Le passé, le présent, le futur

A propos de cette notion, je souhaite que mes élèves soient capables :

  • d’indiquer si une action a lieu au passé, au présent ou au futur.
  • de repérer les indicateurs de temps dans un texte.
  • de choisir un indicateur de temps qui corresponde au temps du verbe.
  • de choisir le temps d’un verbe en fonction d’un indicateur de temps.

Voici les affiches et leçon que j’utilise :

passé présent futur - leçon

passé présent futur - aff

Lire la suite